Guide d'achat canapé : Les éléments à choisir

Le canapé est la pièce maîtresse de votre salon. Il représente un investissement et va probablement accompagner votre quotidien et celui de votre foyer pendant plusieurs années. Son choix s'avère donc crucial, mais peut aussi se révéler cornélien. Tissu ou cuir ? Lattes ou sangles ? Canapé droit, d’angle ou convertible ? Nous faisons le point sur les bonnes questions à se poser avant l’achat de ce meuble essentiel.

Slide

Il est certain que certains éléments sont et resteront très techniques dans la composition et la qualité d’un bon canapé. Mais il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste pour faire les bons choix, il suffit de connaître quelques principes de base.

Les matériaux

Un canapé va être composé de 3 éléments principaux, pour lesquels il est essentiel de choisir de bons matériaux, afin de s’assurer un confort mais aussi une bonne durée dans le temps.

La structure

Il s’agit de l’ossature complète de votre canapé qui lui confèrera sa forme, des pieds jusqu’aux accoudoirs, en passant par le dossier et l’assise. Elle peut être en bois ou en métal (notamment pour les modèles proposant des fonctions relaxation), mais les plus résistantes sont le plus souvent dans des bois massifs connus pour leur solidité, comme le pin. La structure inclut généralement des panneaux de contreplaqué, de particules ou de fibres pour combler l’intérieur de l’ossature, dont la résistance peut être considérée comme bonne à partir du moment où leur épaisseur dépasse les 15mm.

En termes d’assemblage, l’agrafage reste la méthode la plus répandue car la plus fiable, même s’il est possible de trouver des structures à la fois agrafées et collées pour encore plus de solidité.

Si vous choisissez un canapé convertible en lit, vous serez également attentif à la mécanique d’ouverture, en particulier s’il se destine à être souvent manipulé. Sur la plupart des modèles, il existe généralement 3 types de mécaniques, correspondant chacune à une fréquence d’utilisation prévue pour le canapé :

  • usage quotidien: on peut déplier le canapé directement, sans enlever aucun coussin
  • usage régulier: il faut retirer les coussins de dossier avant de déplier le canapé, mais les coussins d’assise restent fixés à la structure
  • usage occasionnel : il faut retirer les coussins de dossier et d’assise avant de pouvoir déplier le canapé et installer le lit

Les suspensions

Il s’agit ici de la mécanique qui va permettre de soutenir les coussins face à la pression, à la fois pour l’assise et pour le dossier du canapé. C’est donc l’élément qui va procurer au canapé l’essentiel de son confort. Celle qui est utilisée pour l’assise, dans la plupart des cas dissimulée par une toile, peut être de 2 types :

  • - par sangles entrecroisées : ce système offre la meilleure répartition du confort sur l’assise. Il s’agit de bandes de textile élastiques d’environ 5 à 8cm de large, tendues puis agrafées en épi sur une surface plane, et entrecroisées pour une plus grande solidité. A noter que pour les canapés d’angle, c’est le seul système qui peut être appliqué, car il est difficile d’installer des ressorts au niveau de l’angle.

  • - par ressorts : ce système, a contrario, offre un confort plus indépendant, car chaque ressort va réagir de manière isolée face à la pression exercée. Il est aussi réputé pour avoir une élasticité plus durable dans le temps. Il existe plusieurs types de ressorts : le classique ressort en spirale (aussi appelé « tapissier »), le ressort plat suspendu de type Formed Wire, le treillage de fils d’acier appelé Pullmaflex, mais les meilleures qualités pour un canapé restent les ressorts ensachés ou les ressorts de type Nosag (aussi appelés « zig zag », « ondulé » ou « à arc »), qui gardent leur forme plus longtemps malgré les nombreuses sollicitations.

La suspension du dossier, puisqu’elle est soumise à nettement moins de pression, est en général réalisée avec des sangles élastiques ou un support fixe, le plus souvent un panneau à base de particules ou de fibres de bois.

Le rembourrage

On parle ici du matériau qui va garnir les coussins d’assise et de dossier : il est donc directement question du confort et de la fermeté de votre canapé. Il existe ainsi plusieurs types de rembourrage, proposant différentes propriétés :

  • - la mousse polyuréthane est la plus recommandée en raison de sa densité plus élevée (entre 30 et 35kg/m3). C’est ce qui sera le plus souvent utilisé pour les coussins d’assise, dont le confort a plus d’importance que celui des coussins de dossier.

  • - la mousse polyéther, de densité souvent plus faible (entre 20 et 25kg/m3), sera plutôt utilisée pour les coussins de dossier, ou en renfort sur les coussins d’assise. Elle peut également servir pour l’enrobage de la structure et l’adoucissement des angles les plus marqués. A cet effet, elle peut aussi être remplacée par de la ouate, d’une densité comprise entre 200 et 500g/m3, pour un accueil plus moelleux.

  • - les plumes, en accompagnement d’un cœur en mousse pour le soutien, peuvent être ajoutées entre la  base et le revêtement pour créer un duvet. Cette technique est utilisée pour accentuer encore davantage le moelleux de l’assise.

  • - les flocons de mousse, eux, peuvent être une alternative à ces matériaux pour les plus petits budgets. Ils sont souvent utilisés pour le rembourrage des coussins.

Au-delà des matériaux, pour choisir un canapé qui répondra à vos attentes en termes de confort, il vous faudra également être attentif à des questions plus techniques :

  • la résilience : c’est la capacité d’un matériau à revenir à son état initial après avoir été déformé. Pour les coussins d’assise, on recommandera donc une mousse de type HR (haute résilience), qui traversera les années sans perdre de son confort.

    Canapé avec mousse haute résilience : le Montana
    Canapé avec mousse haute résilience : le Montana
  • la densité : exprimée en kg/m3, elle représente la qualité de la mousse et donnant une indication sur sa solidité et sa capacité à durer dans le temps. Plus la densité de la mousse sera élevée, plus sa qualité et sa durabilité seront bonnes. Attention, une mousse plus dense ne sera pas pour autant plus ferme, mais seulement plus résistante.

  • la portance : exprimée en kPa (kilopascal), c’est elle qui va déterminer le niveau de fermeté ou de moelleux de votre mousse. Variant généralement entre 1,8 et 4, elle sera plus élevée pour les mousse les plus fermes, et plus faible pour les mousses les plus moelleuses. Une mousse peut donc avoir une forte densité et être à la fois très moelleuse, ou au contraire avoir une densité faible mais être très ferme.

A vous ensuite de définir le type de confort qui correspondra à vos attentes.

Le revêtement

Le choix du revêtement de votre canapé sera autant une affaire de goût que de style de vie. En effet, pour le choisir, l’esthétique aura bien entendu son importance, mais il faudra également prendre en compte l’aspect pratique.

Côté design, n’hésitez pas à prendre des conseils auprès des enseignes, voire d’un designer d’intérieur, en montrant des photos de la décoration déjà existante dans votre salon.

Côté fonctionnel, au-delà des différentes contraintes personnelles qu’il faudra bien sûr considérer (budget, allergies, facilité d’entretien), voici quelques éléments à savoir afin de faire un choix judicieux et éclairé.

Enfin, sachez que la tendance actuelle est au « bi-matière » : en effet, sont de plus en plus nombreux les fabricants à proposer un mélange de plusieurs textiles, en fonction de l’exposition à l’usure de chaque élément qui compose votre canapé.

Canapé bi-matière coton et acrylique : le Lewis
Canapé bi-matière coton et acrylique : le Lewis

Les différents cuirs

Cuir véritable ou pleine fleur

On appelle cuir véritable ou cuir pleine fleur la couche supérieure de la peau de l’animal, qui garde son grain d’origine avec ses imperfections naturelles (nervures, rides, pores…). De par son épaisseur, sa résistance, mais aussi son aspect esthétique que l’on considère comme « authentique » du fait de sa non-transformation, c’est le cuir le plus onéreux à l’achat, mais aussi le plus recherché pour donner du cachet à une pièce. Il a la particularité d’être doux et très agréable au toucher, tout en assurant une bonne résistance et surtout un vieillissement des plus nobles : ce matériau est connu pour augmenter sa valeur avec le temps, en prenant une belle patine. Il peut ensuite être tanné de différentes façons, ce qui déterminera sa future appellation mais également son prix (voir catégories suivantes). On retiendra également du cuir que son entretien est relativement facile, mais qu’il doit être nourri régulièrement pour lui assurer un bon maintien dans le temps et une conservation de ses propriétés de confort. Attention, bien que les taches y pénètrent moins facilement et que l’usure ait moins d’effet sur lui, le cuir cohabite en revanche difficilement avec les animaux qui possèdent des griffes.

Il existe différents types de cuirs véritables, dont les plus répandus sont :

  • le cuir de buffle: très résistant, on l’identifie facilement à son grain très marqué mais surtout irrégulier. Son épaisseur importante lui donne un toucher rigide, mais assure également sa longévité et sa résistance à un usage intensif.
  • le cuir de vachette : plus commun dans l’ameublement, il présente un grain moins marqué que le cuir de buffle, et est légèrement plus fragile, mais aussi plus souple, car moins épais. Il reste toutefois solide et peut être décliné dans de nombreux coloris.
  • Canapé en cuir de vachette : le Steed
    Canapé en cuir de vachette : le Steed
  • le cuir de veau : plus délicat car plus jeune, il est à la fois le plus fragile et le plus coûteux des cuirs. Beaucoup plus doux et souple, il est particulièrement recherché pour la finesse de son grain. Fragile, il demande un entretien plus régulier.

Cuir supérieur ou fleur rectifiée

Le cuir fleur rectifiée, aussi appelé cuir supérieur, est un cuir que l’on a très légèrement poncé afin d’uniformiser sa surface et ainsi d’effacer ou d’atténuer ce que l’utilisateur peut considérer comme des défauts, pourtant naturels, de la peau (écorchures, rides…). Un film pigmenté est ensuite appliqué pour harmoniser sa teinte et le protéger. C’est le cuir modifié le plus proche du cuir pleine fleur, il conserve la plupart des propriétés du cuir véritable, bien qu’il soit légèrement plus résistant grâce à l’enduit de protection qui le recouvre.

Croûte de cuir

Plus grossière et moins noble que le cuir véritable, la croûte de cuir est issue de la partie inférieure de la peau, plus proche de la chair de l’animal. Cela lui confère la particularité d’être moins douce et moins épaisse, mais également beaucoup moins onéreuse, tout en ayant un des rendus esthétiques les plus proches de la fleur de cuir. Plus facile d’entretien que le cuir véritable, elle est recommandée pour un usage plus intensif.

Nubuck et daim

Le nubuck et le daim, d’aspect esthétique similaire, sont d’une grande résistance au temps et aux dégradations, et un peu moins coûteux que le velours qui leur ressemble. Même si l’entretien courant peut se faire avec une simple éponge humide, il faudra y apporter un soin particulier pour ne pas laisser de traces ou d’auréoles à la longue. Issus de la couche supérieur de la peau, ils sont en général très recherchés pour leur aspect « vintage ».

Bycast

Le Bycast est le nom donné à la croûte de cuir lorsqu’elle est recouverte d’un enduit de protection  très épais. Esthétiquement, il est souvent confondu avec le simili cuir, mais son vieillissement sera meilleur dans le temps puisqu’il est issu de la matière véritable. Moins noble que le cuir pleine fleur, et donc moins coûteux, il présente néanmoins l’avantage d’être plus facile d’entretien grâce à l’enduit qui le recouvre.

Synderme

Le synderme, appelé également cuir régénéré, est la matière issue du cuir la moins noble, et donc la moins onéreuse, puisqu’elle est en réalité composée de fibres de cuir recyclées et agglomérées, grâce à un latex ou une résine. Il est esthétiquement moins noble et sa durée de vie sera moins longue, mais il offre une très bonne résistance aux taches et à la lumière, et peut être nettoyé très facilement avec une éponge humide.

Les tissus naturels

Coton

Le coton a le grand avantage ne pas être très onéreux. De plus, il n’attire pas la poussière et se lave facilement en machine. En revanche, il a tendance à se froisser plus facilement, et aura certainement besoin d’un traitement antitache car il absorbe très vite les fluides et autres produits salissants, ainsi que les odeurs.  Il offre un toucher agréable et, étant un tissu naturel, isole aussi bien du froid que de la chaleur. Souple et aéré, il laisse suffisamment passer l’air pour éviter les moisissures et l’humidité. Résistant sur le long terme, il est également apprécié pour sa déclinaison possible dans de nombreux coloris.

Viscose

Avec ses propriétés quasiment identiques à celles du coton, la viscose présente l’avantage supplémentaire d’être peu élastique, et donc de ne subir que très peu de déformations. Elle aura tendance en revanche à se froisser plus facilement, bien que contrairement au coton elle ne peluche pas. A noter qu’il existe également des viscoses artificielles et synthétiques.

Lin

A l’instar du coton, le lin est un tissu résistant dans le temps et facile d’entretien. Il possède également des propriétés thermiques isolantes et antiallergiques. Bien que lavable sans difficulté, il est recommandé de le traiter contre les taches car il est relativement absorbant. Pouvant être décliné dans de nombreux coloris, et mélangé à de nombreux autres tissus comme de la laine ou de la viscose, le lin est également apprécié pour son côté écologique, puisque sa culture nécessite peu d’irrigation et est donc considérée comme responsable.

Velours

Le velours, réputé pour sa douceur et son aspect à la fois noble et cosy, est un peu plus onéreux à l’achat. Son entretien ne nécessite pas de produits particuliers et peut être assez facile, à condition d’être soigneux et de nettoyer complètement la housse pour éviter le dégorgement de couleurs ou la formation d’auréoles. Résistant au temps grâce à son épaisseur, il possède également la propriété très appréciée de changer légèrement de couleur en fonction de la lumière. Attention, il s’agit en revanche d’un matériau qui attire la poussière, et peut ne pas convenir aux personnes souffrant d’allergies prononcées.

Les tissus synthétiques

Polyester et autres dérivés

Les tissus synthétiques, dont le plus utilisé est le polyester, possèdent des propriétés très avantageuses. Moins onéreux que les matières nobles comme le cuir ou les tissus naturels, ils sont de plus en plus prisés. Ils ont notamment l’avantage d’être très faciles d’entretien, car ils sont le plus souvent lavables directement en machine, mais également beaucoup plus résistants aux taches, à la poussière et aux agressions. Hydrophobes, ils ne retiennent pas l’eau et peuvent ainsi être plus facilement traités contre les taches et les acariens, c’est le choix idéal pour les personnes allergiques. Par ailleurs, leurs propriétés élastiques leur permettent une bonne capacité à reprendre leur forme d’origine, et leur confèrent un caractère moelleux et souple, idéal pour l’assise de votre canapé. Bien que considérés comme moins esthétiques, ils offrent néanmoins un grand choix de couleurs et de motifs.

Simili cuir

Également appelé « éco cuir », ce cuir artificiel présente l’avantage d’être esthétiquement très proche de la matière véritable, tout en étant beaucoup plus abordable en termes de prix. Pouvant offrir un effet mat ou brillant, ce tissu est enduit le plus souvent de polyuréthane, ce qui permet un entretien des plus faciles nécessitant simplement une éponge humide. Plus résistant aux agressions et au temps, il propose de par sa composition synthétique plus de choix au niveau des coloris et de l’épaisseur. En revanche, il n’offre pas le confort réputé du cuir véritable, et sa durée de vie reste plus courte.

Microfibres

Les tissus microfibres, dont le plus connu est l’alcantara, sont de plus en plus recherchés dans les articles de mobilier pour leur douceur et leur résistance. Les plus prisés sont ceux qui, comme l’alcantara, offre un toucher dit « peau de pêche », similaire au daim ou au velours et très agréable pour l’assise. Leur résistance à la lumière, aux taches et à un usage intensif leur permet de conserver un bon maintien dans le temps. Leur principal inconvénient en revanche reste leur entretien, puisqu’ils peuvent très rarement être lavés en machine et nécessitent le plus souvent d’être confiés à un professionnel, ce qui peut s’avérer assez onéreux sur la durée.

Les options

Selon votre situation et les moyens à votre disposition, il pourra être intéressant de choisir une ou plusieurs options pour le revêtement de votre canapé. Par exemple, si votre foyer comprend des enfants ou des animaux, susceptibles de solliciter davantage votre canapé et de le tacher plus facilement, pensez à demander s’il est possible d’appliquer sur le revêtement un traitement antitaches. Cela vous fera économiser des frais de nettoyage qui peuvent, selon le tissu choisi, se révéler relativement onéreux.

De la même manière, si vous choisissez une matière qui demande un entretien particulier, ou à faire réaliser par un professionnel, il pourra être judicieux de choisir un revêtement déhoussable, afin de pouvoir le manipuler plus facilement pour les démarches d’entretien et de nettoyage. Généralement plus cher à l’achat, car nécessitant une première couche de tissu sous la housse, cela pourra également vous servir pour le changer complètement le jour où il sera trop usé, ou si vous souhaitez changer le style de votre décoration. Attention, parfois, seule la partie principale est déhoussable, mais il peut rester des éléments de tissus agrafés sur la structure du canapé.

Pour les convertibles : matelas et sommier

Bien que le matelas représente la majeure partie du confort d’un couchage, le sommier ne doit pas être négligé pour autant. Pour un canapé convertible, vous aurez moins de choix que pour un lit car la mécanique d’ouverture limite les possibilités. Ainsi, les 2 principaux systèmes que vous pourrez trouver sont :

  • - le sommier à grille métallique : réputé pour sa solidité extrême, il est pratiquement incassable. Il est composé d’un maillage en métal soudé, ce qui lui permet de résister parfaitement à une utilisation quotidienne. Tout au plus, il pourra être légèrement distendu au bout de quelques années. Au niveau de l’accueil, il sera nettement plus souple et moelleux qu’un sommier à lattes : idéal pour un sommeil en mode cocooning, mais attention donc pour les personnes souffrant de problèmes de dos. A noter également que le sommier à grille est plus léger que le sommier à lattes, et sera donc généralement plus facile à déplier, quel que soit le mécanisme d’ouverture.

  • - le sommier à lattes en bois : outre le côté esthétique de la matière noble qui offre un aspect plus naturel et plus chaleureux, le sommier à lattes garantit lui aussi une grande résistance au temps. En termes d’accueil, il sera nettement plus ferme qu’un sommier à grille, mais également plus proche de celui d’un véritable lit. Par ailleurs, contrairement au sommier à grille, il ne pourra pas se détendre avec le temps, et garantie une continuité de la qualité de sommeil sur le long terme. Ce type de sommiers sera donc plus facilement recommandé pour certaines morphologies, ou pour les personnes souffrant de maux de dos.

    - le sommier à toile tendue : plus rare, il peut également être proposé sur des canapés convertibles mais pour des usages très occasionnels, car il est moins solide.

Si ces 2 systèmes peuvent être utilisés pour tous les types de mécaniques d’ouverture des canapés convertibles, ils présentent également d’autres points communs, notamment un entretien minime, voire quasi nul, et une bonne aération du matelas et du reste de la literie (draps, sur-matelas), garantissant ainsi sa durée de vie et son maintien.

Au niveau du choix du matelas, cette fois, la mécanique d’ouverture va jouer un rôle important puisqu’elle va déterminer l’épaisseur maximale que le matelas pourra atteindre, sans encombrer le système au moment de la manipulation. Ainsi :

  • pour un usage quotidien: le matelas pourra aller de 13 à 18 cm d’épaisseur
  • pour un usage régulier: le matelas variera entre 10 et 12 m d’épaisseur
  • pour un usage occasionnel: le matelas ne pourra pas dépasser 6 cm d’épaisseur

Le choix de la qualité du matelas se basera ensuite sur les mêmes critères que pour le choix des coussins d’assise de votre canapé : la densité de la mousse, sa résilience et sa portance. A noter qu’au contraire des coussins d’assise, il est plus important pour un matelas de prêter attention à la portance qu’à la densité, car c’est elle qui va déterminer le type d’accueil de votre couchage, plutôt ferme ou moelleux, et que ce critère peut être important sur le long terme en fonction de votre morphologie et de vos habitudes.